Ateliers Billetterie Théâtre, concerts et sorties festivesVisites et conférencesRencontres et événementsConcours photos Vacances
VisionAuditionOstéopathieDépistage et vaccinationLa santé au travailLa santé des femmesLa santé des enfantsLa santé au quotidien
OptiqueAcoustique
La mutuelle proche de vousExercice de la solidaritéDroits et informations
Accueil > Santé et prévention > La santé des enfants > Comment accompagner mon enfant vers la propreté ?

Comment accompagner mon enfant vers la propreté ?

L’apprentissage de la propreté est une étape naturelle et importante pour le jeune enfant. Cette phase de son développement psychomoteur lui permettra de contrôler ses selles et ses urines. Mais elle est fréquemment une période d’inquiétude pour les parents, souvent en raison de l’entrée à la maternelle.

Qu’est-ce que la maturité psychomotrice ?

Le terme « propreté » est en réalité inapproprié.

Quand l’enfant prend conscience de la nécessité de vider ses intestins et sa vessie, il devient capable de contrôler l’émission de ses selles et de ses urines. Cette capacité suppose que votre enfant ait atteint une certaine maturité de son système nerveux, ainsi qu’une maturité intellectuelle et affective.

Ainsi, entre 24 et 36 mois, votre enfant sait dire « je » et a la perception des différentes parties de son corps en une entité unifiée. Il peut alors accepter de se séparer d’une partie de lui-même (les urines et/ou les selles) sans éprouver un sentiment de perte. Il s’agit d’un déclic, comme souvent dans les grandes étapes de la vie.

Ce temps d’apprentissage est  variable selon les enfants. Il y aura certainement des moments où vous vous demanderez s'il va y arriver. Mais avec de la patience et une attitude positive tout se passera bien…

L’acquisition de la propreté diurne (de jour) précède généralement la propreté nocturne (de nuit) d’environ 6 mois. Toutefois, votre enfant peut parfois devenir « propre » de jour comme de nuit en même temps.

De même, le contrôle des selles survient généralement avant celui des urines et souvent plus tôt chez les filles que chez les garçons, qui sont globalement plus anxieux et plus réticents.

Télécharger la brochure

Rechercher sur le site :