Ateliers Billetterie Théâtre, concerts et sorties festivesVisites et conférencesRencontres et événementsConcours photos Vacances
VisionAuditionOstéopathieDépistage et vaccinationLa santé au travailLa santé des femmesLa santé des enfantsLa santé au quotidien
OptiqueAcoustique
La mutuelle proche de vousExercice de la solidaritéDroits et informations
Accueil > Santé et prévention > La santé au travail > Etre sujets dans son travail

Etre sujets dans son travail

Mémoires d’usines ou de lieux de travail.

Les mémoires sonores du monde du travail

Nicolas Frize s’est attelé depuis de nombreuses années (dès 1978) à constituer des mémoires sonores du monde du travail. Très souvent, ces travaux «anthropologiques» étaient reliés à des créations musicales, dont elles constituaient une première phase de rencontres et d’échanges. Il serait impossible de les citer toutes ; parmi elles : le site de l’usine Renault de Boulogne / Billancourt, l’Hôpital Delafontaine de Saint-Denis, le Centre de Recherche de Gaz de France, les usines Gallay et Puiforcat à Saint-Denis, le tri postal de Drancy, la Poste à Marseille (bureaux, centre de tri, centre de distribution, tournées), la manufacture de Sèvres, la RATP, l’usine PSA Peugeot Citroën à Saint-Ouen, les Archives Nationales à Pierrefitte…

Entre 2007 et 2009, il réalise des entretiens dans quatre établissements professionnels : le Mobilier national et la Manufacture des Gobelins à Paris, l’entreprise de métallurgie Howmet à Gennevilliers, le département des bus de la RATP à Saint-Denis et le service de l’accueil et des ressources humaines à la Mairie de Saint-Denis. De ces entretiens, doublés d’un tournage vidéo dans ces lieux est née la création Dehors au dedans. Nicolas Frize y explore ce que le vocable de « métier » sous-tend, en quoi l’essence de l’activité professionnelle n’est pas réductible à la production mais exprime l’homme lui-même : car celui-là, l’ouvrier, le technicien, le travailleur... est l’auteur, l’acteur, l’interprète de son travail !
Comment témoigner de cette approche et de cet échange dans l’action entre le corps et l’esprit, mêlant fonctionnalité et esthétique, intelligence et sensibilité, entremêlant le sujet et la fonction qu’il occupe. À cette occasion, le compositeur va rapprocher les interprètes de la musique, chanteurs et instrumentistes, de ces autres « interprètes » que sont les artisans et ouvriers de métiers, manuels ou pas. Ils mobilisent tous des dynamiques subjectives, des compétences sensibles, des références culturelles, des modes instruits d’appropriation, parfois une vigilance émotionnelle... À quels moments s’engage la personne, se décèle une approche sensorielle et cognitive dans l’activité, une appropriation personnelle... Tous les métiers mobilisent cette « interprétation dans la tâche », qu’ils soient métiers du tertiaire, métiers ruraux, métiers de service, métiers industriels, comme les métiers artistiques...

Nicolas Frize a souhaité poursuivre et élargir cette expérience, continuer à provoquer de nouvelles paroles sensibles sur le travail et leur donner une visibilité. Le principe d’une consultation large de salariés dans tous les domaines professionnels a été mis en œuvre : des entretiens se réalisent auprès de personnes de tous milieux, âges et professions.

Ces paroles sont ensuite éditées dans le journal TRAVAILS, journal collectif et proliférant ! L’idée est d’offrir à toutes les personnes qui le souhaitent l’occasion de témoigner de leur apport personnel, de leurs marges de manœuvre, de leur sensibilité, de leurs motivations…
Huit numéros sont déjà parus : n°1 Le corps, n°2 Le langage [1], n°3 La pause, l’arrêt, la suspension, n°4 Le langage [2], n°5 La fonction et la personne, n°6 Le temps, n°7 Le collectif, la discute, n°8 Façons de faire.

Nous organisons une soirée laboratoire, festive, musicale et participative
les 23 et 25 octobre à la Maison des Métallos (Paris 11ème)

Cela se passe dans un espace qui alterne tout avec tout, des séquences musicales, des extraits de film, des témoignages, des projections d’images muettes, des ambiances sonores, des bruits qui courent, des mots qui parlent…
Le thème du travail est abordé de façon tout à fait singulière, mettant l’accent sur les approches personnelles des « travaillants » dans la salle, sur la façon dont chacun invente son métier, se l’approprie, y met de soi, l’interprète et le transforme…
Le public est ainsi invité à participer à des actions, à échanger, à traverser l’espace. Une expérience intérieure et collective, intime et sonore, muette et parlante, qui nous fait toucher l’activité professionnelle, avec des musiques vivantes et des histoires de métiers très subjectives.

Pour plus d’information sur le travail de Nicolas Frize
www.nicolasfrize.com
<museboule3@wanadoo.fr>

Rechercher sur le site :