Ateliers Billetterie Théâtre, concerts et sorties festivesVisites et conférencesRencontres et événementsConcours photos Vacances
VisionAuditionOstéopathieDépistage et vaccinationLa santé au travailLa santé des femmesLa santé des enfantsLa santé au quotidien
OptiqueAcoustique
La mutuelle proche de vousExercice de la solidaritéDroits et informations
Accueil > Santé et prévention > La santé au quotidien > L'incontinence

L'incontinence

Au sommaire de ce dossier

Les différents traitements

Le diagnostic du type d’incontinence est nécessaire avant la mise en route de tout traitement.

  • Incontinence d’effort : rééducation périnéale ++, chirurgie ++, médicaments +/-, palliatifs (en dernier recours) ++.
  • Instabilité vésicale : médicaments +++, reprogrammation mictionnelle ++, palliatifs ++.
  • Rétention des urines : sondages intermittents +++, chirurgie ++, palliatifs +, médicaments +.
  • Incontinence comportementale : environnement adapté +++, psychothérapie ++, reprogrammation mictionnelle +++.

 

Les techniques de rééducation

Elles consistent à obtenir un « verrouillage » du plancher pelvien. Réalisées dans des services spécialisés, elles exigent de la part du patient une bonne compréhension du mécanisme de l’incontinence, et sa collaboration. Le rééducateur, quant à lui, doit avoir un grand savoir-faire, mais également du tact. Trois étapes sont nécessaires : prise de conscience du périnée, obtention de contractions efficaces, rétrocontrôle.

 

La chirurgie

Une intervention est envisagée seulement lorsque le handicap perturbe gravement la vie sociale. Il y a deux types d’intervention :

 

L'opération du prolapsus (ou « descente d’organes ») chez la femme

  • Pose de bandelettes (TVT ou TOT) ou parfois « frondes »
  • Colposuspension coelioscopique : suspension de la vessie
  • Injections intra-sphinctérienne de teflon ou de collagène. Attention : ces interventions doivent être renouvelées tous les 2 ans ; elles sont de moins en moins utilisées.

 

L'intervention de la prostate chez l’homme

  • Résection par les voies naturelles : adénomectomie (ablation d’un adénome, d’une tumeur bénigne).
  • Ablation totale de la prostate (en cas de cancer de la prostate).

 

Les traitements médicamenteux

Si la prise de certains médicaments améliore le fonctionnement de la vessie et des sphincters, d’autres au contraire favorisent les fuites… Signalez vos problèmes urinaires à votre médecin lorsqu’il vous prescrit des médicaments. Il est indispensable d’évaluer leurs effets afin de trouver ceux qui amélioreront votre état. Attention par ailleurs à la « sur-médication » : la consommation de nombreux médicaments ne rend pas la santé… ni la jeunesse.

 

En cas d’incontinence par insuffisance sphinctérienne

  • Les œstrogènes restaurent l’état de la muqueuse vaginale après la ménopause (attention aux effets secondaires). La prise d’œstrogène doit se faire sur une durée limitée, car il existe un risque de cancer du sein.
  • Les sympathomimétiques alpha-adrénergiques améliorent la fermeture du col de la vessie et augmentent le tonus de l’urètre (attention aux effets indésirables : sécheresse de la bouche, somnolence, anxiété…). L’efficacité est moindre.

 

En cas d’adénome de la prostate

Les sympatholytiques, alpha bloquants, relaxent les sphincters et facilitent l’ouverture du col vésical (attention aux effets indésirables).

 

En cas d’énurésie : incontinence souvent nocturne de l’enfant, primaire ou consécutive à un problème psychologique (exemple : problème familial)

  • Le diagnostic d’énurésie est fait à partir de l’âge de 5 ans.
  • Les troubles sont parfois traités par l’imipramine (Minirin), qui diminue les contractions vésicales et renforce la résistance urétrale.
  • La desmopressine, qui mime l’action de l’hormone antidiurétique, a une action antidiurétique, mais il ne faut plus boire après la prise de ce médicament.

 

En cas d’incontinence par instabilité vésicale 

  • les anticholinergiques. Il s’agit d’une substance qui inhibe l’action de l’acétylcholine (neurotransmetteur permettant le passage entre deux neurones). Attention aux contre-indications en cas de glaucome, risque de sécheresse de la bouche, constipation... Les principaux anticholinergiques sont l’oxybutynine et la probanthine.
  • les antidépresseurs tricycliques qui ont une action anticholinergique, antispasmodique (traite les spasmes), alphamimétique (imite l’action des neurotransmetteurs alhpa-adrénergiques). Ils sont peu usités.

 

La pose d un sphincter artificiel

Pour les hommes comme pour les femmes, afin de pallier l’insuffisance du sphincter vésical et d’améliorer le confort.

 

Les moyens palliatifs

Quand les traitements s’avèrent inefficaces : collecteurs d’urine, étui péniens, obturateurs urétraux, protections absorbantes.  Ces dernières ne sont pas remboursées par l’Assurance Maladie.

Télécharger la brochure

Sur le même thème

Les Infections Sexuellement Transmissibles

Une sexualité épanouie, un atout pour la vie.

Pour que le soleil reste un plaisir

S’enivrer de lumière et de soleil procure souvent un sentiment de satisfaction et de réconfort. S’il est bon de faire le plein de soleil, il[...]

Alimentation des séniors

Mme Corinne CLAIRON, diététicienne à l’hôpital Bretonneau, a animé une conférence le 12 février 2013, dont le titre était « bien manger pour bien vieillir[...]

Retour sur le Tremblement Essentiel et Parkison

Votre mutuelle a organisé en novembre dernier une conférence sur 2 maladies neurologiques : Parkinson et le tremblement essentiel. Le Docteur Bertrand DEGOS, du Département des[...]

Attention aux tiques !

Les belles et longues journées d’été donnent des envies de nature. Si vous optez pour une balade en forêt, ou une course folle dans les[...]

Comment se protéger des fortes chaleurs !

L'été est bien là et Météo France annonce une vague de chaleur dans les prochains jours. Voici les conseils simples à adopter par tous, mais[...]

Partez de bon pied après une bonne nuit de sommeil !

Le sommeil occupe le 1/3 de notre vie. Il est très important puisqu’il permet au corps de récupérer de la fatigue de la journée et[...]

Vous souhaitez arrêter de fumer

1 million de fumeurs quotidiens sont parvenus à écraser leur dernière cigarette entre 2016 et 2017, selon des chiffres de Santé publique France. Focus sur[...]

Dérouiller ses articulations

Une articulation est faite pour s'en servir ! Voici quelques mouvements à réaliser régulièrement et lentement, dans toute l'amplitude qu'offre l'articulation.

Le VIH/sida - Connaître son statut sérologique

Une sexualité épanouie, un atout pour la vie

Sexualité, plaisirs, relations, avancées en âge

Des films et des livres

Rechercher sur le site :