Ateliers Billetterie Théâtre, concerts et sorties festivesVisites et conférencesRencontres et événementsConcours photos Vacances
VisionAuditionOstéopathieDépistage et vaccinationLa santé au travailLa santé des femmesLa santé des enfantsLa santé au quotidien
OptiqueAcoustique
La mutuelle proche de vousExercice de la solidaritéDroits et informations
Accueil > Santé et prévention > Dépistage et vaccination > La vaccination

La vaccination

Au sommaire de ce dossier

Depuis la découverte du premier vaccin contre la variole en 1798, la vaccination a beaucoup évolué. Créée pour lutter contre les fléaux épidémiques, la vaccination devient plus ciblée en fonction de la maladie, de l’âge, et de l’exposition au risque. La vaccination a fait ses preuves, elle est devenue une des mesures de protection les plus efficaces dans l’histoire de la médecine.

L'intérêt de la vaccination

Pour prendre un exemple, avant la vaccination, la diphtérie provoquait en France 45 000 décès pas an alors qu’en 2000, aucun cas n’était comptabilisé. Elle a aussi permis d’éradiquer certaines maladies qui étaient sources de graves épidémies à travers le monde, comme la variole.

Les vaccinations ont un triple intérêt. Elles apportent :

  • un bénéfice direct pour la personne, comme pour la vaccination contre le tétanos,
  • un bénéfice direct pour la communauté, l’immunité acquise du groupe permettant l’éradication de maladies virales dont le réservoir est humain ; c’est notamment le cas de la vaccination de la variole ou de la rougeole,
  • un bénéfice de protection des personnes non vaccinées qui font partie de leur environnement, comme pour la vaccination contre la grippe ou la coqueluche.

Toutes les personnes ne sont pas égales face à la maladie. Certaines sont notamment plus affectées en raison de leurs activités ou de leur environnement.

Le DT-polio (diphtérie, tétanos, poliomyélite) (Obligatoire)
Publics : Tous, dès la naissance.
Il peut être proposé avec le vaccin contre la coqueluche et associé également au HIB (méningite à Haemophilus influenzae B). Les rappels sont désormais recommandés à âges fixes à partir de 65 ans, soit tous les 10 ans.

Le BCG (Recommandé)
Publics : Dès la naissance et jusqu'à l'âge de 15 ans, chez les enfants à risque élevé de tuberculose, notamment ceux résidant en Ile de France.

La coqueluche (C) (Recommandé)
Publics : Les nourrissons, les futurs parents et les personnes en contact avec les jeunes enfants non vaccinés depuis 10 ans
Remarques : Il peut être proposé avec le vaccin contre la DT-Polio.
La vaccination est recommandée aux adultes pour protéger les bébés ne bénéficiant pas encore d'immunité vaccinale.

L'HIB (méningite à Haemophilus influenzae B) (Recommandé)
Publics : Les enfants de moins de 5 ans.
Remarques : Il peut être associé au vaccin contre la DT-Polio.

le ROR (rougeole, oreillons et rubéole) (Recommandé)
Publics : tous les enfants à l'âge de 12 mois avec une deuxième dose entre 16 et 18 mois.
Remarques : Un rattrapage de vaccination est possible pour les adolescents et jeunes adultes nés depuis 1980. Deux injections sont recommandées pour que le vaccin soit efficace. Pour les adultes, il faut donc vérifier que les injections soient effectuées. Jusqu'à 17 ans, le vaccin est pris en charge par l'assurance maladie.

Le méningocoque C (méningite) (Recommandé)
Publics : les enfants et jeunes de 1 à 24 ans, depuis 2010.

Le pneumocoque (Recommandé)
Publics : Les enfants entre 2 mois et 2 ans et les populations à risque.
Remarques : Deux vaccins existent, notamment un spécifique aux nourrissons.

L'hépatite B (Recommandé)
Publics : dès deux mois. La première vaccination peut être réalisée jusqu'à 15 ans inclus. Elle est ensuite recommandée chez les personnes exposées au risque d'hépatite B.
Obligatoire
Publics : pour de nombreuses professions dont les professionnels de santé.

L'hépatite A (Recommandé)
Publics : les personnes exposées professionnellement (exemple : personnels de traitement des eaux usées) ou en cas de voyage dans les pays à risque.

La grippe (Recommandé)
Publics : les personnes à risque, c'est-à-dire les enfants à partir de 6 mois, les femmes enceintes, les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, et certains professionnels telles que les professionnels de santé.
Remarques : Il doit être effectué chaque année. Il est pris en charge à 100 % par l'Assurance Maladie pour les personnes âgées de 65 ans et plus et les patients atteints de maladies chroniques et en ALD (affections de longue durée).

Le papillomavirus (HPV) (Recommandé)
Publics : les jeunes filles de 11 à 14 ans avec un rattrapage jusqu'à 19 ans révolus.

Rechercher sur le site :